Condexatedenbay.com


Coiffures victoriennes colorées



La popularité des films comme « Young Victoria » ont suscité un intérêt pour les coiffures de l'époque victoriennes et des modes. Dans l'Angleterre victorienne, des cheveux de femmes tenue de grande valeur culturelle et sociale. En effet, Victorianist Michael Warner explique que « cheveux étaient jamais coupés sauf en cas de maladie grave. » Les coiffures des femmes victoriennes portaient révélée beaucoup sur leur statut social et l'arrière-plan. Idées pour les coiffures élaborées et fantaisistes figuraient dans des magazines comme Bazaar de Harper's et Ladies Book de Godey.

La coiffure de Marguerite

Ce Français d'inspiration mise ne se composait d'une bandelette d'Eugénie, ou « une rangée de courtes boucles sur le front, » pouf faible et deux tresses qui entoure les côtés de la tête et ont été jointes ensemble sur la poitrine. Fleurs, les feuilles et les vignes ont été également tissés dans les cheveux. En 1867, un écrivain du Harper's Bazaar a expliqué que la coiffe de Marguerite ne convenait pas pour une "toilette de soirée complète" et que « les longues nattes tombant sous le menton peuvent être de velours ».

La Coiffure

Le plus simple des coiffures victoriennes colorées, la coiffure était un style approprié pour les jeunes filles. Bazaar de Harper's a expliqué que "les cheveux sont légèrement ondulés et brossé vers l'arrière de la tête, où il est pris dans des boucles courtes, liés avec une tresse très lourde de cheveux". Lors d'occasions spéciales, « une large tresse de velours écarlate se tord la tête ronde et tombe sur l'épaule. » La multiplicité des boucles et ajout de bandeaux pour les cheveux colorés et tresses supplémentaires signifient que ce style serait examiné élaboré selon les normes modernes.

Le Chignon

Le chignon peut être simple et fantaisie. En 1867, Harper a indiqué que « l'une des dernières nouveautés importées de Paris par les coiffeurs de New York est le « chignon de corde ». Pour atteindre ce style dramatique, "cheveux longs est fixé de manière un peu au-dessous de la Couronne par un petit peigne circulaire et est ensuite divisée en deux cordes torsadées de deux brins de chaque, qui ont été portées vers le bas à côté pour environ sept pouces. Les deux cordes sont ensuite rejoints par tordre ensemble les deux brins de rechange, formant ainsi deux cordes neuves, qui sont transportés vers le haut à l'extérieur les deux premières et sont fixés sous le peigne, ce qui rend un chignon composé de quatre lignes de cordons parallèles. » Épingles et peignes fantaisies a donné ce style un coup de pouce supplémentaire.