Condexatedenbay.com


Paléo Indiens outils

Paléo Indiens outils


Paléoaméricains est un terme utilisé pour décrire les petites bandes de nomades qui auraient pénétré en Amérique du Nord il y a environ 12 000 ans. Peu est entendu sur ces cultures au début, avec la plupart des informations provenant des outils et des objets laissés dans les lieux de sépulture. Fabrication d'outils parmi les cultures paléo-indienne s'est fortement appuyée sur la taille de silex, un processus par lequel Pierre est train de s'effriter pour produire implémente adapté à une variété de tâches.

Points de projectile et lames

Paléo-indienne cultures sont surtout connus pour leur vaste héritage de pointes de projectile, tels que des pointes de flèches et pointes de lance. Trouvés sur des sites aux États-Unis, des pointes de projectile paléo-indienne viennent dans deux modèles principaux : Clovis et Folsom. Nommé pour les domaines dans lesquels ils ont été trouvés, ces pointes de flèches et pointes de lance diffèrent dans la forme et la technique de taille de silex. Les archéologues considèrent les pointes Clovis, originaires entre 11 500 et 10 900 av. J.-C., pour être les plus anciens exemples de taillanderie paléo-indienne sur le continent nord-américain. Grand et avec une rainure profonde latérale pour la fixation de la flèche, les pointes Clovis sont facilement identifiables par rapport aux autres points de paléo-indienne. La culture de Folsom, qui existait au Nouveau-Mexique actuel vers 10 200 8 000 av. J.-C., a produit des pointes de projectile qui étaient beaucoup plus petits et plus minces que les autres cultures de l'époque. Une des caractéristiques plus facilement identifiables des pointes Folsom sont les entailles profondes trouvées aux extrémités. Clovis et Folsom sont pratiquement identiques, étant simple, allongées ovales aux bords soigneusement taillées. La seule différence notable réside dans le type de Pierre utilisés dans leur fabrication.

Grattoirs

Grattoirs sont un des outils de paléo-indienne plus courants. Utilisé pour travailler le bois ou OS et de préparer les peaux pour le bronzage, grattoirs étaient partie intégrante de la vie quotidienne des populations paléo-indienne. Généralement fait d'un morceau de poing-petites ou plus grand de silex, grattoirs sont modifiés uniquement le long de l'arête de coupe. Deux grandes catégories de racleur sont connus : fin des grattoirs et racloirs de côté. Grattoirs sont à peu près en forme de cuillère, avec un bord arrondi ébréché dans la partie la plus large du silex. En revanche, grattoirs à côté sont longues et étroites avec un bord presque droit de grattage. En raison des tâches intensives que grattoirs étaient destinés, la plupart des grattoirs étaient portés en bosses au fil du temps. En conséquence, quelques grattoirs intactes ont jamais retrouvés.

Forets, burins et alênes

Forets, burins et alênes sont un outil similaire types utilisés pour percer les trous à travers les bois, en os ou en cuir. Exercices sont généralement en pierre taillée et sont à peu près pointe de flèche en forme, mais avec un mince, s'effilant fin. Permettant de créer des trous dans le bois ou OS implements, exercices présentent souvent des conseils très usés. Burins sont indiscernables de pierres ordinaires au premier coup de œil, même si une étude approfondie révèle un point faible, robuste utilisé pour percer des trous dans des matériaux délicats tels que shell. Généralement utilisé dans la production de perles et d'autres éléments minuscules, burins sont des outils hautement spécialisés créés par des groupes plus paléo-indienne. Alènes ressemblent aux exercices en apparence mais sont de construction plus robuste. Fabriqué à partir d'os ou de silex, poinçons ont été utilisés pour faire des trous dans le cuir. Trouve parfois dans des lieux de sépulture paléo-indienne, les archéologues croient qu'alênes indiquent un statut élevé ou vénération.